Slide background

Hanche Genou

Le site de référence sur
la chirurgie prothétique
de la hanche et du genou

Virus et vitamine D

vitamine D.jpg

Voilà un petit article que j’aurais dû écrire il y a longtemps, mais il n’est pas trop tard, car cette histoire est loin d’être terminée.

 

Le déconfinement est enfin là et de nouveau nous pouvons sortir et je vous encourage vivement cette année à vous exposer au soleil.

Pourquoi au soleil ? Et bien tout simplement, car ça va vous faire du bien et surtout cela va augmenter votre taux de vitamine D qui est probablement au plus bas, car nous sortons de l’hiver et que nous savons bien que la vitamine D se fabrique principalement dans notre peau quand nous l’exposons à certains types d’UV.

 

Ça, c’est la théorie, mais il y a 2 problèmes. 

Premièrement il semble que ces UV ne sont efficaces que si le soleil est au-dessus de 45° par rapport a l’horizon ce qui veut tout simplement dire puisque la France est placée au alentour du 45e parallèle que d’équinoxes à équinoxe, en hiver, vous ne produirez pas de vitamine D en vous exposant au soleil. 

Deuxièmement en vieillissant les mécanismes enzymatiques de production de la vitamine D fonctionnent moins bien donc même si vous prenez le soleil.

Alors bien sûr on trouve de la vitamine D dans l’alimentation, mais pas en très grande dose. On en trouve dans les poissons des mers froides, un peu les mêmes que ceux qui peuvent nous fournir des Omega 3 : les Sardines, la morue et sa fameuse huile de foie… On en trouve aussi dans le jaune d’œuf.

 

La conclusion de tout cela c’est que pour avoir de bons chiffres de vitamine D,  il faut prendre des compléments.

 

Venons-en au fait et à ce qui me motive à écrire aujourd’hui ! Il y a environ 15 ans (vers 2006) j’ai remarqué que les patients que j’opérais vers le mois de mars/avril avaient des suites plus longues que ceux que j’opérais en septembre octobre. J’ai demandé des dosages de vitamine D chez tous mes patients et là je suis tombé sur les fesses ! Les chiffres étaient simplement dramatiques. Les seules qui avaient des chiffres vaguement corrects étaient les femmes qui étaient suivies par un bon gynécologue. Depuis toute personne qui met un pied dans mon bureau repart avec une prescription pour au moins 4 mois de vitamine D. J’explique ensuite qu’il faut en prendre à vie l’hiver, mais là, j’ai bien l’impression de parler dans le vide. 

 

Il faut savoir par ailleurs que la vitamine D, on vous dit que c’était pour les os, mais en fait c’est une molécule ubiquitaire qui est impliquée dans énormément de processus enzymatiques dans notre corps et souvent en association avec le magnésium. Elle a un rôle très important dans la physiologie musculaire, et aussi au niveau de l’immunité.

Quand j’ai commencé à prescrire de la vitamine D à tout le monde, j’avais l’idée que cela favoriserait la fixation des prothèses au niveau de l’os, mais je n’avais pas du tout prévu que cela me débarrasserait des infections nosocomiales. Ces 10 dernières années, j’ai dû diviser par 10 le taux d’infection sur prothèse. Ça n’est probablement pas uniquement grâce à la vitamine D, mais quand même, ça doit jouer un rôle. Aucune infection sur prothèse primaire depuis 2015 à ma connaissance et la dernière que j’ai eue c’était juste un super obèse diabétique donc vraiment un patient à risque.

 

Si j’en parle donc aujourd’hui c’est aussi, car il semble que la vitamine D3 soit très efficace contre les infections virales et donc contre notre cher petit virus actuel. Des papiers de bonne qualité commencent à sortir et expliquent que de bons chiffres de vitamine D diminuent la sévérité de l’infection et surtout diminue le risque de faire des formes graves: le fameux orage de cytokines du 6e jour.

Par ailleurs on a bien vu aussi qu’en Afrique, le virus n’était pas bien agressif. En Afrique il y a du soleil et pas trop de personnes âgées (qui ont des chiffres catastrophiques de vitamine D). Je ne suis donc pas surpris qu’en Afrique, finalement ça aille plutôt pas si mal. Par contre les Africains de souche en Europe et sous nos latitudes avec leur peau colorée n’arrivent pas à synthétiser de la vitamine D (et ça, je l’ai vu dans les dosages que je fais à mes patients). Ils sont donc beaucoup plus à risque et hélas ce sont eux qui remplissent nos réanimations. Si en plus vous êtes diabétique, en surpoids et avec des soucis artériels, c’est vraiment la catastrophe. Si vous avez de vieux parents n'hesitez pas à dépenser quelques euros et donnez leur de la vitamine D.

On a mis l'économie du monde à plat mais quelques euros par personnes (la vitamine D ca ne coute pas cher!) auraient peut être suffit à éviter la catastrophe planétaire que nous vivons! 

Donc en ces temps troubles, prenez de la vitamine D3 et au moins 100 000 unités par mois et quand en octobre, le soleil sera moins efficace, il faudra vraiment en prendre tous les mois ou même tous les jours 3000 unités. Si vous attrapez le virus, n’hésitez pas à prendre 100 000 unités tous les 3 ou 4 jours le temps de la maladie. Si vous y ajouter du magnésium c’est encore mieux. Aucun intérêt à prendre du Calcium par contre!

Si votre médecin traitant ne veut pas vous en prescrire ou si votre pharmacien rechigne à vous en donner plus d'une ampoule, on en trouve sans aucune difficulté sur les sites de vente en ligne sur internet. Je me procure la mienne de cette façon! 

 

Pour ceux qui aiment la vraie science et ne rechignent pas à lire l’anglais, je vous conseille ce très bon article

evidence.png

 

Coronavirus: mon copain le virus!

 

39d5ab5a-d04c-4668-87c3-ed58768e7866.jpeg

 

Les conseils en matière de transmission du virus de la part d’un chirurgien qui sait ce qu’hygiène des mains veut dire

Mardi 17 mars 2020

Nous sommes enfin en confinement, mais est-ce la fin des problèmes ?

C’est pire que cela : c’est juste le début. 

Hier soir j’ai regardé sur la chaine 10 de la TNT sur les conseils de ma fille le petit quotidien ou j’ai vu mon ami Le Professeur Rémi Salomon qui est vraiment un médecin engagé et que j’admire beaucoup. Il est  président du comité médical d’établissement (CME) de l’AP-HP et c’est pour cela et au non de tous les soignants  de l'assistance publique de Paris qu’il a été invité à parler.

 Et Il a parlé avec une conviction extraordinaire et j’espère que les français on bien compris que ce confinement était indispensable. Je lui ai  parlé ce matin au téléphone vers 5 heures du matin. Il  était déjà au travail! Il était juste désespéré. 

Le confinement est une solution et probablement indispensable, mais il faut faire un peu plus que cela hélas.

L’autre problème, c’est la transmission manu-portée du virus d’un individu à l’autre et le confinement hélas ne pourra pas tout résoudre sans avoir bien compris ce qui suit. Et pour ce qui est des mains et des microbes que nous portons sur nos mains, je pense être un expert. Alors voila un petit texte à lire et à méditer

Exemple : J’ai 20 ans, j’ai 40 ans, peu importe, j’ai trainé dans les bars jusqu’à minuit samedi dernier pour faire la fête, car je savais qu’ensuite je serais enfermé chez moi au 5e étage de mon immeuble parisien. J’ai peut être attrapé le virus, mais comme je suis jeune, j’ai à peine le nez qui coule et rien d’autre donc je n’en suis même pas certain.  Je ne le sais pas encore mais je fabrique déjà des milliards de copies du virus que j’ai attrapé sans le savoir la semaine dernière.

 Je suis confiné dans mon appartement. Je trouve cela très pénible mais ca fait longtemps que je voulais apprendre une nouvelle langue alors je passe le temps. heureusement aussi  il y a internet. 

Je n’ai pas le droit de sortir mais je vais quand même aller chercher mon courrier.

Je descends dans l’escalier pour aller aux boites aux lettres dans les parties communes. J’appuie sur le bouton de la lumière, je touche la rampe de l’escalier, je touche les poignées de porte pour aller dans le hall de l’immeuble. Je prends mon courrier. Je n’ai rencontré personne et pourtant…

Je prends de nouveau l’escalier et sa rampe pour faire un peu de sport. Je me suis négligemment frotté mon nez qui coule. La lumière s’éteint, je la rallume. Je prends mes clés et j’ouvre ma porte. Je rentre chez moi ou il y a déjà du virus partout mais je ne le vois pas : salle de bain, cuisine, lit, vêtements… et surtout mon téléphone que je ne peux pas m’empêcher de prendre en permanence pour voir où nous en sommes de cette pandémie, mais surtout pour envoyer des blagues au copain.

Cette petite ballade sans même sortir dans la rue, sans même croiser quelqu’un, à diffuser du virus dans tout l’immeuble et les personnes qui dans 20 minutes ou 2 heures vont prendre la rampe ou appuyer sur l’interrupteur pour la lumière vont aussi avoir la joie de fréquenter mon super virus tueur.  Au dernière nouvelle le virus survit quelques jours sur des structutres en inox ou en acier et encore plus longtemps sur du plastique. 

J’ai le droit de sortir une fois par jour : je vais à la supérette pour acheter mon pain, du riz et un plat congelé. 

Je me suis lavé les mains avec du gel comme je dois le faire avant de quitter mon appartement. J’ai même mis un masque. Je suis super au point ! Et respectueux ! Et je suis les consignes.

Bien sûr en sortant j’ai pris ou touché la rampe de l’escalier, touché les boutons pour ouvrir la porte. J’arrive à la supérette, je fais la queue avec un espace de 1 mètre. Je ne parle à personne même si je suis le seul à avoir un masque. C'est un ami chirurgien qui me l'a donné. Ca fait 4 jours que je le porte dans la rue, il est un peu froissé mais c'est mieux que rien. 

Comme je m’ennuie dans cette file d’attente, je prends mon téléphone vérifier mes tweets et les blagues potaches d'un copain américain. 

Mon super smartphone que j’ai oublié de nettoyer (ça pourrait l’abimer. Vous savez combien ça coute ?), il y a déjà quelques millions de virus dessus. 

Ça ne fait pas 10 minutes que je suis dehors que j’ai déjà les mains inondées de virus et pourtant je viens de me laver et je pense qu’elles sont super propres. C’est enfin mon tour d’entrer dans la supérette, je prends la barre du caddie qui est aussi un nid à microbes. J’ouvre la porte du congélateur où se trouve ce que je veux. Je dépose ou récupère du virus. Puis je prends 2 boites de riz et finalement j’en repose une. j'en ai déjà 4 à la maison mais on ne sait jamais! Celui qui passera derrière et prendra cette boite aura un petit souvenir de moi… D'ailleurs il l'a déjà prise!

Le serveur chez au rayon viande a des gants. Je ne le sais pas mais ce sont les mêmes depuis ce matin ! Ça me rassure de voir ces gants. Ils sont sérieux ici par comme au rayon fromage ou la stagiaire à oublier de les mettre, car ça la gênait. Ça n’est pas de sa faute, ils n’ont que la taille extra large et elle a de petites mains cette charmante jeune femme ! 

Bien sûr il y a plus de virus sur ses gants que sur ses propres mains. En arrivant au travail elle a bien lavé ses mains avant d’enfiler les gants, mais elle ne les change pas à chaque client, car ça coute cher et de toute façon elle n’a pas le temps…

Je rentre avec mon petit paquet plein de virus chez moi pour les 2 prochains jours de confinement. Je suis un bon citoyen. J’ai appliqué les consignes à la lettre, mais j’ai laissé des petits souvenirs partout… Mon copain le virus, celui qui ne me fait pas de mal ou presque rien est super content… 

Ce qui ne serait pas bon pour mon copain le virus, c’est qu’il rencontre un vieux un peu malade, car alors il pourrait le tuer. En tuant ce pauvre vieux, il va aussi  mourir car toutes les copies qu’il produit en permanence disparaitront avec la mort du petit vieux. Un coup dans d’épée dans l’eau pour un virus. Totalement idiot !

 

En fait avec un peu de chance, le vieux ira aux urgences ou il contaminera d'autres personnes. Les urgences c'est top pour cela. On est les uns sur les autres mais l'idéal serait qu'il attrape un médecin ou une infirmière car moins il y a aura de gens pour se mettre en travers de la route de mon copain le virus, mieux ca sera pour lui!

En principe les virus n'aiment pas les médecins et leurs saloperies de vaccins mais ce virus là, il a un temps d'avance! Pour l'instant ça le fait juste rire les vacins...

Non ce qui lui plait à mon petit virus, c’est qu’il puisse sauter sur de costauds en solides gaillards  comme moi. De bons humains à qui rien ne va arriver de sérieux, car il sait bien qu’à un moment mes défenses immunitaires vont prendre le dessus et l’éjecter de mon corps. 

Mais ce qui est merveilleux avec les humains c’est qu’il y en a beaucoup et puis ils sont si généreux avec moi…Il se serre les mains s'embrassent et ne peuvent pas s'empêcher de mettre leurs mains partout...

 

Conclusion : toute surface inconnue est considérée comme porteuse du virus jusqu’à preuve du contraire. Dès qu’on a touché un endroit ou une surface inconnue (table, porte, chaise, bouton… tout quoi), il faut imaginer que nous en avons plein les mains. Même sans se serrer les mains ou s’embrasser. C’est moins puissant que la poignée de main, mais ça diffuse quand même partout…

Personnellement quand je me fais livrer mes courses. Je les laisse 24 heures sans y toucher en priant qu’au bout de 24 heures le virus aura disparu.

On ne sait pas trop combien de temps ce virus vie hors d’un humain, mais celui là, a l’air assez brillant dans ce genre: 2, 3 jours?  Est-ce qu’il va survivre au congélateur ? 

Je ne sais qu’une seule chose : par les temps qui courent, on est porteur du virus jusqu’à preuve du contraire alors je suis responsable et je touche le moins de choses possible. 

Je paye mes achats avec une carte ou avec mon téléphone sans contact. J’ouvre les portes avec mes épaules ou mes coudes, mais surtout je me lave mes mains dès que j’ai touché une surface inconnue. La contamination manu-portée est bien plus toxique et vicieuse que la contamination aérienne. 

C’est pourquoi d’ailleurs, je continue à faire du sport, car ça me fait du bien, mais je ne touche à rien. Je ne touche à RIEN sans me laver les mains ensuite au gel ou au savon !

Voilà les conseils d’un chirurgien orthopédiste qui lutte en permanence dans sa pratique quotidienne contre les petites bêtes depuis bientôt 40 ans.

Docteur Frédéric Laude 

13 mai 2020: bonne nouvelle! les consultations et les programmes opératoires ont repris. J'etais très content de revoir des patients et quel bonheur de retrouver mes petites habitudes au bloc opératoire avec mon équipe de choc. Pour l'instant c'est encore assez calme mais je sens bien que c'est enfin reparti! j'ai une pensée emue pour tous ceux qui helas ne peuvent pas reprendre leur travail (restauration, tourisme, spectacle...) On va bien finir par s'en sortir. Si ca n'est pas dèja fait aller lire l'article sur la vitamine D...

 

 

 

Instabilité de hanche

douleur Scribe insta

 

Il y a quelques semaines, par hasard j’ai essayé de voir ce que donnait « arthroscopie de hanche » sur Google. A ma « petite » surprise, j’ai vu que je n’apparaissais pas trop, en tout cas sur la premier page de Google alors que je dois être un des chirurgiens qui en fait le plus en France et pour le coup qui en fait depuis le plus longtemps. Voilà bientôt 20 ans que je mets des arthroscopes dans les hanches de mes patients. 

Bien sûr cela me donne une expérience un peu hors norme. Je sais quand l’arthroscopie de hanche est la solution à un problème et mais aussi et surtout quand elle n’a aucun intérêt.

 

J’ai donc décidé de faire un site spécialisé pour en parler. Je vais donc essayé de faire quelque chose de simple, mais surtout didactique. Je travaille dessus et j’espère bien avoir d’ici quelques semaines quelque chose de viable.

J’ai donc passé « quelques » heures devant mon ordinateur et ma planche à dessin. Voilà une me mes premières élucubrations sur l’instabilité de hanche.

 

L’instabilité de hanche est un problème peut-être bien plus fréquent qu’on ne le pense. C’est un problème difficile, car MULTIFACTORIEL. Il n’y a pas qu’une instabilité de hanche, mais il en a plusieurs. 

Le tableau le plus classique c’est une jeune femme jeune plutôt sportive qui commence à se plaindre de douleurs dans le pli de l’aine ou alors sur le côté de la hanche avec éventuellement des claquements, voire des blocages. Le problème c’est que la radio classique est normale ou presque et qu’une IRM mal faite va aussi dire qu’il n’y a rien. 

 

Je vous laisse découvrir cette petite vidéo qui est l’une des premières choses sur ce sujet.

 

N’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez.

 

La hanche des anges...

Svetlana Ange

Quand vous êtes chirurgien, certains patients nous marquent plus que d’autres et certains laissent un souvenir totalement indélébile. Ils sont bien plus nombreux que vous ne le pensez, mais je veux rendre hommage aujourd’hui à une jeune femme tout à fait exceptionnelle.

La prothèse de hanche en ambulatoire est elle un marqueur de qualité?

bye bye

Cela fait des années que je milite pour l’ambulatoire dans la chirurgie de la hanche. Pendant des années, les règles administratives nous ont totalement freinés et bloqués, mais enfin depuis 2014, nous ne sommes plus obligés de garder les patients 4 jours et ceux qui vont bien peuvent sortir le jour même sans gros problème. Il était temps de faire un retour sur ces 2 dernières années riches en expérience…

Prothèse de hanche et ski extrême

montagne

Voilà bientôt 15 ans que je permets à mes patients de faire tout ce qu'ils veulent après une prothèse de hanche. Je sais très bien que si on conserve l'intégralité de la musculature, la capsule articulaire, et que l'on restaure une très bonne architecture de l'articulation, on peut sans problème à peu prêt tout refaire.

À partir de quel âge peut-on être opéré de sa hanche?

canne_bleu_blanc_rouge.jpg

C’est une des questions qu’on me pose le plus par mail. J’ai une grosse arthrose de hanche, mais mon médecin, mon rhumatologie, mon kiné me disent que je suis trop jeune! Que faire… je souffre, je me bourre d’anti-inflammatoires. Dois je vraiment attendre?

Enfin!

bornes

 

Enfin?! Le 1er mars 2014, les bornes basses de la prothèse de hanche simple sont tombées.

Les bornes basses, c’étaient cette obligation que nous avions de garder les patients un minimum de jours même s’ils n’avaient plus besoin d’être hospitalisé.

PTH en ambulatoire!

966258ambulatoires

Vous en avez peu être entendu parler mais on a réussi à mettre une prothèse de hanche en ambulatoire.

Voila enfin une bonne nouvelle! C'est même une excellente nouvelle car c'est un peu comme si c'était moi qui l'avait fait. 

Le Docteur Biette de Bayonne est mon élève,  il a utilisé la technique de voie antérieure que j'ai améliorée et que je lui ai enseigné . Il a utilisé tous les instruments, la prothèse et la table d'extension que j'utilise chaque jour et que j'ai conçu. Quand j'ai commencé à mettre au point tous les instruments et surtout peaufiné la technique de voie antérieure mini invasive, j'avais déjà cela en tête: faire les PTH en "One day". On rentre le matin et on ressort le soir sans trop de douleurs, sans trop boiter. Hélas, je n'ai jamais pu le faire en raison des bornes basses mis en place il y a quelques années. Les australiens et les américains que j’ai aussi formé, le font! Mais si vous faites cela en France, la clinique perd de l'argent, beaucoup d'argent et donc je ne l’ai jamais fait. Une clinique, ça n'est pas un hôpital, si ça perd de l'argent, ça fini par faire faillite et fermer. Pour quoi les cliniques perdent elles de l'argent si les patients sortent trop vite? Et bien c'est simple et je l'ai déjà écris dans un post précèdent. Si le patient sort un jour avant les 4 jours obligatoires (bornes basses), la clinique touche 25% de moins. Si le patient sort 2 jours avant, la clinique touche seulement 50%. Pour moi ça veut dire une seule et unique chose. Plus vous êtes bon, plus on vous tape dessus! Et ça ferme la porte à la chirurgie  de la prothèse en ambulatoire! le Docteur Biette (que j'aime beaucoup car c'est un garçon charmant, modeste et compétent) a eu le toupet de passer outre. Tant mieux si ça fait bouger un peu les choses mais je n'en suis pas si certain. 

A part les patients et les chirurgiens, qui a intérêt à vouloir faire de la PTH en ambulatoire. Pas les cliniques: elles perdent de l'argent et ne peuvent plus gagner des "sous" sur les  chambres particulières, pas la Sécu qui ne veut surtout pas que les patients aillent trop bien et se fassent tous opérer, pas les centres de rééducation qui veulent que les patients aillent dans leur centre. Donc rien ne bouge ou presque! En Dix ans, j’ai écris pas mal de lettre aux autorités, je n’ai jamais reçu une seule réponse!

Un peu de réalisme aussi: la PTH en ambulatoire est probablement possible chez 20 à 25% des patients. Ceux qui sont passé entre mes mains le savent, j'aime bien faire marcher les patients le soir de l'intervention. A chaque fois, je leur dis quand il se débrouille bien: bon vous pouvez rentrer chez vous! Ca les fait rire!

Ce qui est sur c'est que la borne basse de 4 jours est stupide. Dans mon expérience, 25% pourraient sortir le jour même; un autre 25% le lendemain et les 50% restant entre J2 et J4. Pas question bien sur de mettre dehors une petite grand mère cardiaque de 85 ans le soir même, mais une personne plus jeune, en forme, bien entouré, cela ne poserait pas trop de problème.

Une chose est certaine, seule la voie antérieure, bien faite, permet ce genre d'exploits. Messieurs les responsables du ministère de la santé, ils seraient temps de changer un peu la législation et de cesser de nous casser les pieds avec ces bornes basses stupides. 

Enfin pour finir, ça n’était pas une première, le Docteur Etienne Lesur à Epinal avec qui il y a 10 ans nous avions fait des travaux scientifiques avait déjà fait en 2004 une PTH en ambulatoire. C’était bien sur une voie antérieure...

 

Interview Dans Maîtrise Orthopédique

631009Maitrise2008

Il y a quelques mois j'ai eu le droit à une interview dans le journal Maitrise Orthopedique. C'est le journal que lisent tous les orthopédistes chaque mois. Nous presque tous abonné à de nombreuses revues médicales (en Anglais (JBJS, Corr, Journal of arthroplastie, Arthroscopy) ou Français (Revue de chirurgie orthopédique). J'avoue ne pas toujours tout lire dans ces revues mais chaque mois tous les orthopédistes de France et de Navarre lisent «Maîtrise Orthopédique».

C'est plus facile à lire qu'une revue anglaise, c'est en couleur, il y a pleins de techniques très détaillées et chaque mois il y a la «fameuse» interview d'une personnalité de l'orthopédie mondiale. Pour le numéro de Novembre 2008, j'ai eu le droit à cet honneur. Je vous laisse découvrir l'article. Vous connaîtrez probablement un peu mieux l'auteur de ce site. Dans ce même numéro de novembre j’avais aussi écris la technique que j’ai mis au point pour les prothèses totales de hanche et la façon dont je fais une ostéotomie periacétabulaire. Je suis très fier de tous les dessins que j'ai fait moi même. Quand j'étais très jeune j'ai un peu hésité entre une carrière de dessinateur de bandes dessinées et la chirurgie!!

Prothèse de resurfaçage. Reflexions à 4 ans...

521728resurfacage

Quelques reflexions sur le resurfaçage de hanche...

Voila 4 ans que je me suis lancé dans l'aventure du resurfaçage de hanche. Il ne me semble pas stupide de faire un premier bilan et d’essayer d’en tirer quelques conclusions. Bien sur ces conclusions n’engage que moi même si mon expérience s’appuie sur une revue approfondie de la littérature et la participation à de nombreux congrès la plupart en langue anglaise.

Première mondiale au CMC Paris V!!

premiere1

Et oui je pense qu'aujourd'hui j'ai fait une première mondiale !

J’ai implanté 3 prothèses totales de hanche sans aucun aide habillé.

Des patients formidables

133820patient

Quand on est chirurgien, il est évident qu’il se crée des liens avec ses patients mais parfois au delà de « la relation médecin-malade » .