Identifiez vous

Connexion


  • La fin des bornes basses?

  • Quelques exploits sportifs de certain de mes patients

  • Prothèse de hanche mini invasive. Pourquoi la voie antérieure de Hueter ?

  • Quelques chiffres...

  • La hanche douleureuse avant 40 ans

  • Questions et Réponses sur la Prothèse de hanche

Les rendez vous du mardi soir

Les rendez vous du mardi soir

février 2016

  L’information que nous pouvons donner a nos patients en consultation n’est hélas pas toujours aussi satisfaisant que nous le voudrions. En consultation, il faut comprendre le problème qui...

+ d'infos

10 ans et un symposium

10 ans et un symposium

octobre 2014

  La voie antérieure et moi c’est une vieille histoire d’amour.    En 1987, je suis jeune interne et je décide de faire de la chirurgie viscérale. Je passe donc dans...

+ d'infos

Interview Dans Maîtrise Orthopédique

Interview Dans Maîtrise Orthopédique

avril 2009

Il y a quelques mois j'ai eu le droit à une interview dans le journal Maitrise Orthopedique. C'est le journal que lisent tous les orthopédistes chaque mois. Nous...

+ d'infos

Questions et Réponses sur la Prothèse de hanche

L’intervention elle-même !

Elle se déroule bien entendu au bloc opératoire. C’est presque toujours une salle spécifique où ne se déroule que de la chirurgie orthopédique. Elle est souvent équipée d’un flux laminaire (système de ventilation sophistiqué) qui élimine de manière très efficace tous les germes et les particules dans la salle d’opération. C’est d’abord l’anesthésiste qui va vous prendre en charge. Il pose une voie veineuse. On vous place des électrodes pour suivre votre rythme cardiaque et un saturomètre au doigt ou à l’oreille pour surveiller votre taux d’oxygénation artérielle. On vous placera ensuite sur la table d’opération.

Si vous avez opté pour une anesthésie péridurale, le médecin anesthésiste vous fera une injection de produits entre 2 vertèbres lombaires juste au contact des racines nerveuses. Vous pourrez ainsi rester éveillé toute l’intervention. On peut aussi vous endormir très légèrement si l’idée de rester totalement éveillé vous perturbe. On peut même demander a l'anesthesiste de vous faire un peu d'hypnose!

C'est de loin ce que je prefère pour les patients. Vous allez entendre des bruits étranges mais vous n'aurez pas du tout l'impression que cele se déroule au niveau de votre corps. Les patients qui ont une anesthesie rachidienne vont mieux, se reveillent mieux et semblent avoir moins de douleurs. C'est vraiment la raison qui me poussent à vous la proposer. Certains patients ont peur d'avoir un problème de paralysie: en 20 ans de métier je n'en ai jamais vu!

En cas d’anesthésie générale, le produit passe par les veines, on mettra un tube dans votre larynx ou dans votre trachée et un appareil très sophistiqué va s’occuper de respirer pour vous durant toute l’intervention. Toute une batterie de capteur surveille en permanence vos fonctions vitales. L’anesthésie n’est pas sans risque mais ceux ci sont vraiment très faibles. (1/10000)

On badigeonne 2 à 3 fois la zone opératoire avec un produit antiseptique puissant puis un système de protection est mis en place. Ce sont les champs opératoires. En orthopédie, il englobe tout le patient et leur mise en place est très précise. Seule une zone de quelques centimètres carrés est laissée à l’air libre. C’est là que le chirurgien va inciser. En général cette zone cutanée est recouverte d’un plastique collant souple imbibé d’antiseptique. Le chirurgien va inciser au travers de ce film plastique. La peau et les nombreux germes qui y résident ne seront donc jamais au contact de la plaie opératoire elle-même.
Ce temps d’installation est quelquefois long car dans le même temps, il va falloir sortir tous les instruments spécifiques à cette chirurgie. L’anesthésiste en profite pour donner au chirurgien le système de récupération sanguine (appelé cell saver) qui va aspirer le sang durant l’intervention, le « laver » et vous le restituer en fin d’intervention. On ne transfuse presque jamais (1% des cas!)
L’intervention elle-même dure entre 45 minutes et 2 heures. Cela dépend de beaucoup de paramètres. Pour un cas standard, je mets rarement plus d'une heure. Pour une hanche très déformée (luxation bretonne...) c'est bien sûr plus long car il faut restaurer l'architecture de l'articulation avec des greffes par exemple.
En fin d’intervention, le chirurgien met en place 1 drain (appelé redons) que vous garderez en general 1 jour. Ils permettent d’évacuer un éventuel hématome. Le pansement est mis en place. On fait des radiographies de contrôle et vous êtes dirigés vers la salle de réveil. On vous y gardera 1 à 3 heures. Quand votre état sera bien stabilisé, vous pourrez regagner votre chambre.

Abdc Informatique - Création de site Internet dans les Ardennes

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur.