Identifiez vous

Connexion


  • La fin des bornes basses?

  • Quelques exploits sportifs de certain de mes patients

  • Prothèse de hanche mini invasive. Pourquoi la voie antérieure de Hueter ?

  • Quelques chiffres...

  • La hanche douleureuse avant 40 ans

  • Questions et Réponses sur la Prothèse de hanche

Les rendez vous du mardi soir

Les rendez vous du mardi soir

février 2016

  L’information que nous pouvons donner a nos patients en consultation n’est hélas pas toujours aussi satisfaisant que nous le voudrions. En consultation, il faut comprendre le problème qui...

+ d'infos

10 ans et un symposium

10 ans et un symposium

octobre 2014

  La voie antérieure et moi c’est une vieille histoire d’amour.    En 1987, je suis jeune interne et je décide de faire de la chirurgie viscérale. Je passe donc dans...

+ d'infos

Interview Dans Maîtrise Orthopédique

Interview Dans Maîtrise Orthopédique

avril 2009

Il y a quelques mois j'ai eu le droit à une interview dans le journal Maitrise Orthopedique. C'est le journal que lisent tous les orthopédistes chaque mois. Nous...

+ d'infos

Questions et Réponses sur la Prothèse de hanche

De quand datent les premières prothèses de hanche ?

Les premiers essais eurent lieu après la guerre (1947). Ce sont les frères Judet qui ont l’idée de remplacer la tète du fémur par une demi bille en méthacrylate. La demi bille est fixée dans le fémur par une petite tige de 6 ou 7 cm. Par la suite on a essayé de rallonger la tige pour qu’elle se fixe mieux dans le fémur, on a aussi changé le matériau en remplaçant Le métacrylate par du métal (chrome cobalt ou Inox).

On s’est rapidement aperçu qu’en cas d’arthrose de la hanche, il fallait changer la tête fémorale mais aussi la cupule réceptrice dans le bassin (cotyle)

La prothèse de hanche telle que nous la connaissons actuellement provient du travail de John Charnley. Charnley, un anglais, le premier a eu l’idée d’utiliser une cupule en polyéthylène, fixée dans le bassin à l’os par du ciment acrylique . Au début des années 60, il fit quelques expériences avec du téflon mais l’usure du composant en téflon posait plus de problèmes qu’il n’en résolvait.

L’utilisation d’une tige en métal contre un cotyle en polyéthylène va s’avérer être le bon compromis. La prothèse de Charnley, 30 ans après est encore considérée par bon nombre de chirurgiens comme le «Gold standard», la prothèse de référence. Actuellement les prothèses en céramique ou le resurfacage sont des possibilités très intéressantes chez les sujets jeunes et actifs.

Abdc Informatique - Création de site Internet dans les Ardennes

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur.